Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  Eric V le Mar 5 Juil - 14:48

Bonjour,
Eric, enchanté de débarquer ici...

Tout d'abord, un grand merci à ce forum et à ses contributeurs ! Grâce à vous, j'ai pu remonter ma boite de vitesses sans trop me poser de questions métaphysiques, mais en me guidant avec les nombreuses photos de moulins partiellement démontés, qui parsèment la section Fantic de ce forum. Enfin, pas tellement la boite de vitesses proprement dite (arbres et fourchettes), qui se remonte avec un peu de jugeote, de patience et avec les éclatés moteur de l'usine, mais surtout les mécanismes de sélection, qui sont un vrai merdier à remonter dans le bon sens et dans le bon ordre.
Et pour la suite, j'ai confiance, puisque je me repérerai encore grâce à vos photos, celles que j'avais faites jadis par précaution au démontage ayant entretemps disparu dans un crash disque de l'ordi.

Mais remonter quoi, me direz-vous ? Eh bien un Fantic 240. Mais pas n'importe lequel. MON Fantic, que j'ai acheté rutilant en 1982, à 17 ans, après avoir trimballé sur mon dos des lave-linge et des frigos pendant deux mois d'été pour réunir le pognon et l'ajouter au coup de pouce paternel, afin de remplacer mon vaillant mais bien lourdaud TY 125.
Ce Fantic, j'ai passé ma vie dessus durant 3 ans. Habitant en lisière de forêt de Meudon, j'allais faire le couillon dans les bois pour un oui ou pour un non, j'allais au lycée avec (à travers la forêt domaniale et sans permis^^, une autre époque...). Une fois le permis en poche, j'ai fait des petits trials régionaux, elle traversait aussi la France sur remorque pour aller rouler dans le Var durant les vacances. J'ai même emballé des belettes, en les portant derrière moi, assises sur le garde-boue et la boucle du cadre ^^ Il y en eut d'ailleurs une qui se brûla l'arrière de la cuisse sur le silencieux, ce qui m'obligea à lui dispenser illico les premiers soins et donc à entrer dans le vif du sujet, hé hé... Merci Fantic ! Bref, je n'ose imaginer le nombre d'heures de fonctionnement et de kilomètres du bestiau durant cette période.
Et puis je suis passé à autre chose, j'habitais alors Paris intra muros, roulais en routière, la belle s'est endormie chez mes parents jusqu'en 1989. Là, pris d'une rage soudaine, je me suis inscrit aux Six Jours d'Ecosse 1990 après une reprise de l'entraînement. Pas bien pratique quand on habite en plein 9ème, mais bon...

C'était alors une moto un peu dépassée mais pas tant que ça, surtout compte tenu des types de zones des Six jours. En fait, ce qui m'a le plus surpris là-bas, ce furent les interzones : démoniaques, éreintants, longs comme un jour sans pain, tout le monde à fond, à un rythme de spéciale d'enduro. Sont fous, ces Rosbeefs... On arrive dans les zones totalement rincé, avec les avant-bras et les cuisses comme des troncs d'arbre. Cela dit, les paysages sont à tomber par terre (d'ailleurs, je ne m'en suis pas privé ^^)
Pour vous donner une idée du truc, voilà ma jante avant, portant les glorieux stigmates de ces interzones dantesques. En huit, oui oui...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Les zones de la première matinée, je les fis essentiellement sur le dos, avec la moto au dessus de moi. A force de barboter les quatre fers en l'air dans les torrents glacés, je préférai garder ma combine de pluie ^^. J'étais mouillé tout pareil, mais au moins c'était tiède à l'intérieur...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et puis, la fébrilité s'estompant, les 5 se transformèrent piano piano en 3, voire parfois (rarement) en 2. La classe... Je pouvais toiser de haut certains concurrents japonais qui étaient venus faire du tourisme sportif  et qui se faisaient pointer piteusement d'office à 5 sans même tenter les zones les plus raides, qu'ils étaient sûrs de finir en vrac.
Las, le deuxième jour, en interzone, à fond de 3 ou de 4 pour soulager la roue avant au passage d'un bog (les affreuses tourbières dans lesquelles on a vite fait de s'enfoncer jusqu'au guidon), mon embrayage expira son dernier souffle. Le temps d'ouvrir le carter d'embrayage dans la boue, de constater que je ne comprenais rien à ce qui s'était passé, de refermer et de rentrer jusqu'à la route à la poussette, j'étais hors temps. Rideau. Je rendis ma plaque aux organisateurs comme un shériff rend son étoile, la mort dans l'âme.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



.../...

Eric V

Messages : 6
Date d'inscription : 25/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

la suite

Message  Eric V le Mar 5 Juil - 14:58

J'ai tenté par la suite mollement une remise en route, en remplaçant disques et ressorts mais rien n'y fit, ça patinait toujours lamentablement en première. je n'ai pas insisté et je suis passé à l'enduro et à l'endurance TT, une autre histoire, principalement sur des Yam YZ WR 250. Mais j'ai gardé mon Fantic, nostalgique, en me disant que je le retaperai un jour. J'ai depuis revendu mes engins d'enduro successifs et arrêté le TT, ne roulant plus que sur la route, mais mon Fantic m'a toujours suivi dans mes déménagements. Je suis même allé vivre dans son pays de naissance, pas à Barzago, mais à Rome. La mia bellezza rossa trônait fièrement comme une princesse toscane dans une des chambres, transformée en débarras.
Au milieu des années 2000, j'ai entamé un démontage mais je n'eus jamais le temps ni l'envie de m'y mettre vraiment. Elle a donc passé ces 10 dernières années dans cet état-là, déguisée en draisienne, sous un drap, avec le moteur eparpillé dans des chiffons huileux.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mais là, roootuuuudjuuu !! j'ai plus de temps, un jardin pour bricoler au chant des oiseaux, je m'y suis mis pour de bon. 26 ans que je n'ai pas entendu son moulbif tourner. Ca ne peut plus durer.

Je ne veux pas faire de restauration proprement dite, pour me retrouver avec une moto remise à neuf. Cela n'aurait pas de sens, je tiens à garder son histoire, qui me renvoit à la mienne. Chacun des gnons glorieux qu'elle porte, j'en suis l'auteur exclusif, je ne veux pas les effacer. Et puis, les écrous légèrement piqués de rouille, ça a son charme. En plus, je compte faire des randonnées trialisantes avec et cela me ferait mal au coeur de jeter dans la bouillasse et les cailloux une moto de 34 ans, dans un état collection.

Bon, le cadre était quand même dans un sale état, bouffé par les UV, les gamelles et les frottements de bottes. Elle avait triste mine, la cocotte. Hop, sablage + epoxy. La bella é tutta nuova !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais pour le reste, je nettoie, je desoxyde, je lubrifie. Restom, Dremel et laine d'acier sont mes amis. Les caoutchoucs (coude et pipe d'admission) étaient cuits et fendillés. Le carbu semble nettoyé correctement. il ne reste plus que le gicleur de ralenti qui trempe dans le vinaigre blanc, tout bouché qu'il est...
J'ai remplacé tous les joints, roulements et joints spy : roues, colonne de direction, bras oscillant, embiellage, boite.  En ouvrant le moteur, j'ai réalisé à quel point je fus naguère fada de m'attaquer aux Six jours avec une moto qui avait déjà tant roulé. Les roulements avaient tous un jeu axial monstrueux (pourtant, elle ne faisait pas de bruit bizarre).
D'ailleurs, regardez donc le demi-carter droit :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 il reste la douille à aiguilles de l'arbre primaire, dans son logement borgne, que je ne suis pas encore arrivé à extraire avec les moyens du bord (chalumeau, four). J'attends que le facteur m'apporte un jeu d'extracteurs à inertie. Les traces d'arrachement circulaire autour de cette douille sont tout à fait louches. Je ne sais pas ce qui a frotté là. Apparement, il ne manque rien dans le carter ni sur les équipages mobiles. Peut-être le jeu exagéré du roulement principal et de cette douille qui aurait mis l'arbre de travers et aurait fait ce massacre de carter, en faisant porter sur l'alliage le circlip du dernier pignon de l'arbre, circlip qui est un peu usé... Mystère ! Je tiens peut-être là l'explication de l'embrayage fantôme, qui ruina jadis mes exploits écossais...

Je vais poser la question dans la section dédiée à la mécanique de ce forum, afin de sentir ruisseler sur moi l'essence de la connaissance de cette docte assemblée.

En attendant, forza Italia et Forza Fantic !

Eric V

Messages : 6
Date d'inscription : 25/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  jojulioli le Mar 5 Juil - 18:37

Très belle histoire que celle de ta Fantic,et joliment racontée <a href=\

jojulioli

Messages : 582
Date d'inscription : 04/09/2011
Age : 40
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  Alain P59 le Mer 6 Juil - 0:55

C'est plus une présentation, c'est un roman photo. Magnifique!

Bienvenue Eric!

Very Happy
avatar
Alain P59

Messages : 4778
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 58
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  Eric V le Mer 6 Juil - 8:17

Merci !

Il fallait bien que je vous raconte ma vie pour justifier le fait que je ne vais pas la restaurer, ma cocotte rouge, mais juste la briquer un peu et la remettre en route mécaniquement. Parce qu'avec tous les princes de la restauration étincelante qui gravitent ici, j'aurai vite fait de me faire  traiter de gougnafier inepte ^^

Eric V

Messages : 6
Date d'inscription : 25/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  PapyBul le Mer 6 Juil - 9:26

Bonjour,

N'aies pas peur! Il n'y a pas (trop) d'intégristes sur ce forum plutôt actif sur l’entraide et l'échange d'infos.
Bienvenue donc et bon courage pour ce briquage et cette remise en route.

De la part d'un autre sillonneur invétéré des bois de Meudon pour qui aussi tout à commencé là.

PB
avatar
PapyBul

Messages : 81
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 69
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  ERIC88 le Mer 27 Juil - 19:52

Bonsoir et bienvenue Eric,


Très belle aventure ,c'est super d'avoir toujours gardé ce beau 240 pour le renover finalement .
Je regrette de ne pas avoir gardé mon premier 200 EX JP GOY !
Bonne restauration et tu vas retrouver tes 20 ans avec, tout comme moi .
Il y à une super ambiance dans les trials à l'ancienne et on se prend vite au jeu .

Bye

Un autre ERIC Smile
avatar
ERIC88

Messages : 328
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 54
Localisation : vecoux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantic 240 : #raconte-ta-life et remise en route.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum